carrierologie revue carriere
SOMMAIRE
RECOMMANDATION
PDF
 



Au-delà du lien travail-loisir: la citoyenneté

Danielle RIVERIN et Yanik SIMARD
Université Laval


auteur

résumé/abstract

Comment redéfinir le lien travail-loisir dans la post-modernité? À l'aide d'une recherche menée auprès de 500 adultes en situation de discontinuité professionnelle et de plusieurs recherches pertinentes, cet article suggère aux carriérologues de repenser le loisir selon une vision davantage intégratrice qui englobe la double perspective du développement vocationnel et de la citoyenneté. Cette vision emprunte surtout à une conception critique plutôt que fonctionnaliste. Elle propose tout d'abord une distinction entre le multi-travail et le travail-emploi, et une redéfinition du loisir au-delà de son lien traditionnel avec le travail. Elle inscrit le loisir à titre de composante du multi-travail, du moins pour deux de ses trois catégories: le loisir récréatif responsable et le loisir engagé. Cette vision génère des applications pratiques dont l'aide à la définition d'un projet ludique.

contenu

Les conceptions post-modernes du loisir et du travail
Le lien post-moderne travail-loisir
Implications pratiques
Conclusion


Depuis près d'un siècle, l'importance du loisir dans le développement vocationnel a été promue par les gens oeuvrant en orientation professionnelle et en formation continue. L'avènement de la post-modernité ne change rien à leur conviction. Cependant ce nouveau contexte socio-économique entraîne une modification en profondeur de plusieurs composantes sociétales dont le travail et le loisir (Cordell, Green et Betz, 2002). Et devant cette double mutation, un autre impératif apparaît: celui de repenser le lien travail-loisir bien au-delà de leur rapport traditionnellement établi. Et cette nécessité, très exigeante, ne se satisfait nullement de la proposition d'un lien de neutralité qui irait à l'encontre d'une vision holiste post-moderne.

Dans la nouvelle économie, le loisir semble revêtir une importance différente, mais tout aussi grande, comparativement aux sociétés industrielles et post-industrielles (Rifkin, 2000). Cette différence tient surtout à la révolution post-moderne du travail. En effet, que l'on soit pour, que l'on soit contre, "parmi les débats sur la transformation de la société occidentale, une des thèses émergentes qui est de la plus haute importance pour repenser le phénomène du loisir est celle du post-work thesis" (Rojek, 2001, p.115). Devant cette prédiction de la disparition partielle du travail (Rifkin, 2000) que plusieurs contestent (Thurow, 2000; Yonnet, 1999), les gens oeuvrant en orientation et en formation continue reconnaissent pertinemment bien que l'actualisation de soi et l'impact social de l'action individuelle ne se limitent surtout pas à un domaine d'activités (travail-emploi ou autres). Cependant ceux qui se préoccupent davantage de la chose collective ont entrepris un autre débat auquel devraient davantage collaborer les conseillers d'orientation et les formateurs d'adultes : celui lié à l'importance relative du travail ou du loisir dans l'apport socio-culturel et économico-politique. Selon Rojek (2001), certains historiens prétendent que c'est le modèle de l'homofaber qui aurait davantage contribué à l'évolution de l'humanité. D'autres auteurs, par contre, en s'appuyant sur les civilisations anciennes et même post-industrielles, prétendent que c'est plutôt le modèle de l'homoludens qui aurait surtout marqué le développement des cultures et des sociétés. Par exemple, selon Rifkin (2000), les origines de la culture et de la civilisation se situent surtout dans le jeu et moins dans le travail, car ce sont les habiletés imaginatives et symboliques qui produisent l'innovation culturelle et scientifique. Et cette affirmation apparaît d'autant plus juste dans la nouvelle économie du savoir où ce sont précisément les idées qui sont les nouvelles richesses naturelles (Thurow, 2000). Car le loisir, en principe, donne beaucoup de place à la faculté qui génère les idées, soit la créativité. Cependant, il y a un bémol. Selon Rifkin (2000), nous sommes aussi dans une économie de l'expérience qui est dominée par l'exploitation d'un loisir marchand basé sur les cultures. Et ce dernier est loin de signifier un loisir nécessairement créatif, ni pour la société, ni pour la personne. Aussi faut-il que les conseillers d'orientation et les formateurs d'adultes accordent une attention particulière à cette réalité.

Mais toute cette question de l'importance relative du travail et du loisir, dans l'évolution de l'humanité et l'individu, n'exige-t-elle pas des préalables? Comment traiter de cette question tant et aussi longtemps qu'on n'a pas d'abord retracé les contours de chacune de ces deux réalités sociétales, de même que le lien entre celles-ci? Le présent article veut précisément apporter des éléments de réponse à cette problématique d'actualité. Comment redéfinir le lien travail-loisir dans la post-modernité? Il questionne tout d'abord certaines caractéristiques classiques du loisir. Il fait globalement état des conceptions fonctionnalistes et critiques du loisir. Il rappelle certaines notions postmodernes du travail. Il rapporte des observations relatives à une certaine tendance actuelle. Il suggère une catégorisation particulière permettant de mieux distinguer les sortes de loisir davantage liés à l'évolution individuelle et collective. Il précise les notions post-modernes du travail. Aussi souligne-t-il l'importance de la définition d'un projet ludique dans le développement vocationnel et social.

LES CONCEPTIONS POST-MODERNES DU LOISIR ET DU TRAVAIL

Des caractéristiques du loisir qui nous questionnent

Le loisir exige du temps libre. Selon Yonnet, il y a fréquemment "confusion entre temps libre et temps libéré du travail" (1999, p.31). En effet, selon Shivers et Delisle "souvent, on oppose le temps libre au travail, mais il y a plein d'autres activités qui ne sont pas ni l'un, ni l'autre" (1997, p.194). Par exemple, selon Shaw (2001), le temps libéré est généralement considéré comme du temps en dehors du travail-emploi mais qui comprend encore des temps de contraintes (formation ou perfectionnement professionnels, soins personnels, responsabilités domestiques, familiales, administratives) mélangées à du temps libre. Certains auteurs préfèrent parler de temps disponible pour éviter cette confusion (Olivier, 2000; le spare time de Juniu, 2000, p.70). Henderson (2000) abonde dans le même sens. Il souligne que le loisir est le temps où l'individu est soustrait de ses obligations et qu'il peut utiliser à sa manière. C'est notamment pourquoi, selon Shivers et Delisle, "la définition la plus communément acceptée du loisir est celle du temps libre... le loisir est cette portion du temps qui reste lorsque toutes les autres exigences de l'existence ont été satisfaites... il y a donc un consensus généralisé voulant que le loisir soit étroitement associé au temps discrétionnaire que l'on a à sa disposition" (1997, p.191).

Mais, est-il exact que le temps libre s'impose comme une réalité très importante à la post-modernité? Les avis sont très partagés. Selon Molitor (2000), d'ici 2015, les changements technologiques et sociaux vont avoir pour effet de réduire le temps de travail, y compris celui à la maison. En plus, il y aura une espérance de vie plus longue, des retraites prises plus hâtivement, peu d'années consacrées à s'occuper des jeunes enfants. Tous ces facteurs conduisent à pouvoir disposer d'au-delà de 50% de temps libre pour la poursuite de loisirs. Toutefois, d'autres auteurs (Rosanvallon, 1995; Rojek, 2001) ne sont nullement d'accord avec cette prédiction. Tout d'abord le temps libre est inégalement réparti selon les âges (les travailleurs et les retraités), le genre (la surcharge des femmes, tout particulièrement des femmes monoparentales) et le statut professionnel (Yonnet, 1999). Par exemple, "les gens, employés de façon intermittente, n'ont pas de temps libre; ils cumulent souvent des jobbins pour joindre les deux bouts" (Rojek, 2001, p.120). Par ailleurs, "plusieurs travailleurs, notamment les gestionnaires, jugent qu'il est nécessaire de consacrer plus de temps à son travail afin de démontrer l'intensité de leur engagement" (Reid, 1995, p.84). À l'opposé, il y a la notion de "temps récréatif non constitué, étiré" (Yonnet, 1999, p.33) typique des retraités qui ne sont pas encore parvenus à se doter de projets; c'est aussi le temps de certains chercheurs d'emploi découragés par l'insuccès de leurs démarches. Pour ces derniers, leur temps libre n'est plus du temps disponible: "c'est du temps désoccupé" (Olivier, 2000, p.29). Ainsi globalement, la réalité du temps libre n'est pas le lot de tous, du moins pas encore en ces débuts de la post-modernité.

La pratique du loisir est libre. Une des caractéristiques du loisir serait que sa pratique est entièrement initiée par la personne. Est-ce exact? Selon Henderson (2000) et Russel (1996), la liberté est essentielle à l'expérience du loisir. Yonnet (1999) reprend et appuie les propos de Dumazedier sur cette notion de liberté caractérisant prioritairement le loisir. "Lorsque l'activité de loisir devient obligation professionnelle (le cas du champion de sport amateur qui passe professionnel), obligation scolaire (la séance de cinéma programmée), obligation familiale (la promenade imposée), obligation politique ou religieuse, elle change de nature au point de vue sociologique et perd le nom de loisir" (Yonnet, 1999, p.72). Et cette liberté prioritaire au loisir s'observe notamment par le pouvoir d'abandonner, à sa guise, une activité (Stebbins, 1992). Aussi "l'essentiel dans le loisir, c'est que la personne se perçoit comme étant elle-même à l'origine du comportement; elle est capable de quitter à n'importe lequel moment quand cela lui convient" (Russel, 1996, p.89).

Il faut cependant distinguer l'obligation que l'on s'impose de celle qui nous est exigée. Car "l'enthousiasme lié aux loisirs suscite parfois plus d'engagement que tout travail-emploi choisi, mais obligatoire. Cet enthousiasme provient de l'effet que cela procure sur le bien-être de ceux qui les pratiquent" (Stebbins, 1992, p.5). Il faut aussi préciser que la notion d'obligation est implicitement incluse à la pratique libre du loisir. Comme on le sait "les activités de loisir ont occasionnellement, ou même fréquemment, un aspect obligatoire" (Stebbins, 2001, p.152). Et, selon cet auteur, "l'idée d'obligation dans le loisir laisse voir comment le terrain peut être glissant, même si la condition première du loisir est d'être choisi librement" (2001, p.153). Il y aurait une différence à faire entre les obligations primaires (imposées par des organismes de base, comme le travail, l'école) et "les obligations qu'impliquent les organismes de loisir n'ont qu'un caractère social secondaire, même lorsqu'elles sont sévères" (Yonnet, 1999, p.71). Par ailleurs, il y aurait aussi une distinction à faire entre les obligations agréables ou non. "La notion d'obligation désagréable n'a pas sa place dans le loisir. Car elle empêche le participant d'avoir un souvenir heureux ou d'avoir hâte de refaire l'activité. Et cette hâte est justement une autre caractéristique du loisir" (Stebbins, 2001, p.154). Ainsi, selon cet auteur, la notion de l'obligation désagréable aide beaucoup à identifier l'anti-loisir.

Mais, est-ce qu'une pratique du loisir peut être réellement libre? "Le loisir est évidemment soumis comme tous les faits sociaux aux déterminismes de la société" (Yonnet, 1999, p.71). "Aucune action, incluant celle liée au loisir, est exempte de tout pouvoir" (Fox, 2000, p.33). "Aucun temps n'est libre, tout temps subit une influence sociale quelconque, sous forme de pression ou d'imposition de modèles de conduite" (Olivier, 2000, p.24). Même la possibilité de sélectionner entièrement à sa guise ses activités de loisir ne serait qu'une illusion. "D'un côté, on parle de liberté, de choix pour le loisir. De l'autre côté, on parle de pratiques remplies de déterminisme, de manipulation et de contrôle politique et économique" (Rojek, 2001, p.115). Ainsi, un questionnement s'impose. Nos activités de loisir sont-elles vraiment choisies avec la plus grande liberté? Jusqu'où nos choix ne sont pas plutôt largement dictés par les influences de la publicité ou des personnes qui nous sont significatives?

La motivation intrinsèque est celle du loisir. Une autre des caractéristiques les plus communément acceptées du loisir renvoie à la motivation intrinsèque. Certains auteurs, dont Beck (2000), classent même cette caractéristique du loisir comme étant la première en importance. Par exemple, selon Rojek, "la première caractéristique du loisir est que les activités y sont poursuivies pour leur propre intérêt" (2001, p.121). Selon Russel (1996), "une autre distinction [du loisir] réside dans la motivation qui est liée à des raisons intrinsèques incitant la personne à s'inscrire dans une activité. Ainsi la personne s'engage dans une activité par goût ou par choix personnel" (1996, p.88).

Cependant, il faut être prudent. Car cette caractéristique du loisir liée à la motivation intrinsèque comporte plusieurs nuances. Il y a tout d'abord celle qui est pure. Ce type de "loisir inconditionnel apparaît quand une activité, choisie pour elle-même, est créative, sollicite une expression personnelle et fournit beaucoup d'émotions. Par exemple: une lecture captivante va jusqu'à nous faire oublier que le temps existe" (Russel, 1996, p.84). Il y a aussi la motivation mixte dans le cas des expériences de loisir librement choisies mais qui apportent également des bénéfices. Par exemple, jardiner est agréable mais apporte aussi des récoltes.

Encore ici, un questionnement s'impose. Nos choix découlent-ils vraiment d'une motivation intrinsèque? Si oui, est-elle pure ou mixte? Jusqu'où nos choix correspondent réellement à une lecture idiosyncratique de notre réalité personnelle ou collective?

Les conceptions post-modernes du loisir

Le loisir n'est pas neutre. En effet, "il est faux de croire, comme le veut l'économie politique classique, que le loisir est une sphère non politisée de l'être" (Rojek, 2001, p.119). Car, "les définitions, paramètres, et actions liés au loisir sont contraints et moulés par des forces invisibles liées à la dynamique culturelle, aux relations de pouvoir, aux processus collectifs et aux cadres sociaux" (Fox, 2000, p.32). En ce sens, "le loisir peut être vu comme un produit de la société capitaliste. Mais il peut être vu aussi comme un moyen potentiel de transformer la société et les relations sociales" (Reid, 1995, p.94).

Les conceptions fonctionnalistes post-modernes. Rappelons tout d'abord que les conceptions fonctionnalistes classiques se subdivisaient en plusieurs écoles de pensée (approches romantique, moraliste, compensatoire, utilitaire), mais globalement elles "ne voient pas le loisir comme un outil privilégié de promotion de changement social... [elles] s'occupent de maintenir l'ordre collectif" (Olivier, 2000, p.23). Et il en va de même pour les conceptions fonctionnalistes post-modernes. En effet, en ce qui concerne la post-modernité, Rifkin parle de la transition "de la production industrielle au capitalisme culturel" (2000, p.14). "L'ère industrielle a vu la transformation du travail en marchandise; aujourd'hui, ce sont les activités de type ludique qui sont transformées en marchandise: toutes sortes de ressources culturelles, comme les arts, les fêtes, les mouvements sociaux, les activités spirituelles et communautaires, et même l'engagement civique, peuvent être consommées sous forme d'activité récréative payante" (2000, p.14). Il s'agit là autant de signes d'une conception fonctionnaliste post-moderne. Le loisir, du moins dans les sociétés occidentales, serait principalement conçu comme devant servir au maintien du système capitaliste (Rifkin, 2000) ou de l'ordre social établi (Olivier, 2000).

Ces conceptions fonctionnalistes post-modernes du loisir sont, par ailleurs, fortement critiquées. Le plus souvent, le loisir est taxé de soutenir la société de consommation. "La plupart de nos loisirs d'aujourd'hui sont consacrés à perpétuer et à maintenir la société matérialiste" (Reid, 1995, p.88). "Le loisir consomme la culture au lieu de la créer" (Juniu, 2000, p.70). Le véritable "sens historique de la liberté dans le loisir a été perdu par la consommation. Le loisir n'est plus un temps pour la croissance personnelle et la contemplation, ni un temps pour contribuer au développement social ou à l'aide humanitaire" (Juniu, 2000, p.70). Et "aujourd'hui, dans le loisir, on se distrait, on s'étourdit. Le loisir alors décline: c'est du remplissage de temps" (Reid, 1995, p.93). L'activité ludique "en tant que produit de consommation payant... est une expérience contractuelle... une relation purement monétaire. Les distractions marchandes relèvent de la consommation passive et privée plutôt que de l'expérience active et collective" (Rifkin, 2000, p.338).

Par ailleurs, selon les critiques de l'approche fonctionnaliste du loisir, "nous ne sommes pas assez sensibilisés au fait que le loisir reflète aussi les politiques du pouvoir" (Fox, 2000, p.33). Rifkin met en garde contre les effets pervers des conceptions fonctionnalistes post-modernes du loisir. "La marchandisation de l'expérience culturelle est en premier lieu une tentative de coloniser tous les aspects ludiques de l'existence et de les transformer en biens de consommation courante" (2000, p.334). Aussi, selon les critiques, les conceptions fonctionnalistes post-modernes du loisir génèrent des effets socialement nuisibles, car elles occultent l'impact social de ces pratiques. Par exemple, selon Fox, "on peut bien s'opposer aux conditions de travail cruelles et oppressives faites aux enfants, mais en même temps acheter un équipement sportif ou récréatif en provenance de d'autres pays et à des prix moins chers. Ces deux réalités ne sont peut-être par immédiatement reliées, mais elles le sont sûrement d'une certaine autre manière" (2000, p.32-33).

Les conceptions critiques post-modernes. Ces conceptions voient le loisir comme le lieu propice aux changements sociaux. "Le loisir critique n'est pas, comme le loisir fonctionnaliste, une acceptation passive du monde tel qu'il est, mais plutôt la participation à la reconstruction significative de sa propre société" (Olivier, 2000, p.28). Le loisir doit aussi y faire un amalgame des buts liés à l'évolution personnelle et collective.

Aussi les conceptions critiques post-modernes sont bien explicites au regard notamment des objectifs liés au développement personnel, y compris vocationnel. "Le loisir est conçu pour l'évolution de l'individu, c'est-à-dire le développement de son identité, le dépassement de ses capacités et ce, selon un processus itératif, ouvert et continu" (Hemingway et Parr, 2000, p.153). "Le loisir doit se diriger vers la maximisation du développement de soi, de son potentiel interne" (Molitor, 2000, p.83). "Le dénominateur commun de toutes les forces émancipatrices dans le loisir est l'accroissement de l'autonomie personnelle" (Rojek, 2001, p.116). Le loisir a pour fonction de diminuer le stress et de permettre ainsi un développement individuel plus harmonieux (Iwasaki et Mannell, 2000). Enfin, "l'enrichissement de soi dans le loisir constitue la récompense la plus puissante" (Stebbins, 1992, p.96).

Quant aux objectifs de développement social déclarés par les conceptions critiques post-modernes, ils sont également clairs. Par exemple, selon Juniu, "le loisir est conçu comme une possibilité de créer la culture. Dans ce cas, il est un élément indispensable de communication et d'interaction entre les individus" (2000, p.70). Aussi, selon Yonnet, le loisir doit réassurer "le lien social" et réinventer "des communautés d'appartenance secondaires" (1999, p.289). Car, la cohésion sociale passe d'abord par une sensibilisation du milieu dans lequel on baigne. Et le loisir "est ce lieu du lien", là où l'individu "ne cesse de reconstruire l'infrastructure du tissu social" (1999, p.8). Même plus, selon cet auteur, dans le loisir, les personnes "ne jouent rien de moins que leur survie" (1999, p.290). Ainsi, selon Juniu (2000), il faut en arriver à associer le loisir à une fonction critique. Car "ce nouveau temps du loisir qui apparaît avec une diminution du temps de travail n'a pas nécessairement restauré le sens de la solidarité sociale qui a été détruit par l'industrialisation" (2000, p.70). De même, selon Shaw, "le loisir doit être considéré comme un acte collectif, ayant un impact surtout social" (2001, p.190).

En somme, la perspective critique post-moderne du loisir considère que ses activités doivent se définir, avant tout, comme un acte collectif. Mais les conceptions critiques post-modernes comprennent toutefois des limites. Les principales carences proviendraient de l'occultation de la faiblesse humaine elle-même (Yonnet, 1999). Par exemple, selon Rojek, "le citoyen énergique, engagé et éthique serait un Titan de la société civile. Et l'apathie, l'indifférence, la paresse et la subordination seraient plutôt le lot de la masse" (2001, p.123).

Malgré ces limites, les conceptions critiques post-modernes semblent, selon nous, être les seules véritablement adéquates dans la société post-moderne. Car, dans toute activité, et tout particulièrement le loisir, "la citoyenneté doit être redéfinie. Elle ne doit plus référer à une relation passive et abstraite de solidarité avec l'État-nation. La citoyenneté doit désormais se vivre comme un engagement actif et concret visant la défense et la regénération constante du capital social et multiculturel" (Rojek, 2001, p.123). De même, selon Rifkin, les contrats sociaux doivent reposer "sur l'idée d'une dette à l'égard de nos ancêtres comme des générations futures, ainsi que de la terre et de ses créatures, et sur celle d'une divinité bienveillante" (2000, p.311). En somme, les buts liés à la citoyenneté sont d'une importance cruciale pour les conceptions critiques post-modernes qui n'exigent rien de moins que "de repenser la relation du loisir avec le citoyen" (Rojek, 2001, p.116). Car les temps libres "peuvent être aussi positifs, construction d'un nouvel individu social, d'acteurs, d'hommes génériques produisant autant la société qu'ils sont produits par elle" (Pineau, 2000, p.85). Et avec les conceptions critiques post-modernes, nous tentons ainsi de nous éloigner des effets négatifs du loisir en termes "d'enfermement individuel et de déresponsabilisation sociale" (2000, p.85).

Un rappel de certaines conceptions post-modernes du travail

Deux grandes conceptions post-modernes du travail semblent se dégager parmi les nouvelles pratiques du travail: la centralité du travail-emploi et le multi-travail. La première inclut les économies marchande et sociale (Rifkin, 2000). Les citoyens perçoivent un revenu salarial marchand (fixé selon l'offre et la demande) ou social (revenu minimal payé par les associations à but non lucratif). La cohésion sociale serait en un sens protégée, car il y aurait une reconnaissance sociale de la participation fournie dans les deux économies. Toutefois, cette conception de la centralité du travail-emploi comporte des aspects négatifs dénoncés: elle consolide et façonne à la fois la société duale (Meda et Schor, 1997).

Quant à la conception post-moderne du multi-travail qui est plutôt d'obédience holiste, elle postule que c'est dorénavant le temps libre qui va organiser la société (Grube et Piliavin, 2000). Cette conception réfère certes au travail-emploi choisi. Mais ce n'est là qu'une de ses multiples composantes. Les personnes qui n'oeuvrent pas dans un travail-emploi, mais qui contribuent à la société par leur volontariat, par exemple, perçoivent un revenu salarial en provenance de l'État, grâce à la redistribution des richesses. Le multi-travail inclut donc également le volontariat à la fois formel (au sein d'organismes) et informel (aide aux personnes significatives: parents, enfants, amis, voisins) (...). Cette conception du multi-travail renvoie également à certaines catégories de loisir. Nommons ici le loisir récréatif responsable et le loisir engagé, car ces deux catégories ont des visées d'évolution personnelle ou collective, correspondant en cela à la notion trans-historique du travail (re: plus loin). Dans cette conception post-moderne du travail, les citoyens proposent, sur une base volontaire, leur multi-travail (travail-emploi, volontariat formel ou informel, loisir engagé et loisir récréatif responsable) selon leurs habiletés et intérêts. Ils sont collectivement appréciés pour leur participation. Surtout, selon ses adeptes, cette collectivité du multi-travail permettrait d'assurer la cohésion sociale (Meda et Schor, 1997) parce qu'elle "permet à tous les citoyens d'exercer des activités socialement utiles, conférant dignité et reconnaissance" (Rosanvallon, 1995, p.125). Mais, étant donné le changement drastique qu'elle implique sur le plan économique, cette conception d'une société du multi-travail s'avère parfois hautement contestée. Elle réfère, selon certains, à "l'utopisme des communautaristes ou des égalitaristes" (Létourneau, 1997, p.208).

Avec la venue de la post-modernité, entraînant avec elle une révolution du travail, on ne sait pas exactement encore lequel de ces deux grands courants prédominera d'ici les prochaines décennies: la centralité du travail-emploi (dans l'économie marchande et dans l'économie sociale) ou le multi-travail (référant à la notion trans-historique du travail). Cependant, selon nous, il semble bien que ce soit le second et ce, pour plusieurs raisons. D'une part, il englobe le premier. D'autre part, même si le premier est plus connu de nos contemporains, le second est plus représentatif de l'ensemble des activités humaines. Il redonne au travail son sens philosophique et anthropologique chronologiquement et ontologiquement premier. Car le travail trans-historique correspond, selon l'Encyclopédie philosophique universelle, à "une activité qui vise à transformer la nature, la société ou soi" (Devret, 1989, p.2649).

LE LIEN POST-MODERNE TRAVAIL-LOISIR

Une certaine tendance actuelle

Nous avons interviewé 500 adultes vivant une période de discontinuité professionnelle, c'est-à-dire étant devenus involontairement chercheurs d'emploi, au moins une fois, durant les cinq dernières années (Riverin, 2000; Riverin, 2001; Riverin et Simard, sous presse). Au-delà des nombreux drames humains qu'ils vivent, sans compter les séquelles désastreuses qu'ils anticipent à moyen et long termes, ces adultes révèlent qu'ils ont dû intensifier rapidement leur conscience critique. Ils témoignent qu'ils sont plus sensibilisés à l'existence des lois du marché et des incidences de celles-ci sur leur pouvoir d'achat, sur la possibilité de se décrocher ou de maintenir un emploi, de même que sur les probabilités d'expansion ou de disparition de leur entreprise-employeur. Ils disent aussi percevoir davantage le sens des mots interaction, mutualité, interdépendance. Le choc parfois répété de la perte d'emploi et de la réorganisation qui s'en suit (réorganisation de toute leur vie personnelle et professionnelle) conduirait ainsi, du moins à court terme, à une sensibilisation sociale plus aigue. C'est un peu comme si ces personnes en situation de discontinuité professionnelle sont davantage en contact avec la totalité sociale et avec l'interdépendance de ses éléments.

C'est notamment dans de telles situations que le loisir est reconsidéré. Le témoignage de ces gens semble dégager qu'ils ne peuvent dorénavant plus se permettre d'être insouciants. Ils auraient, selon eux, développé une sorte de mentalité écologique qui s'applique autant à l'aspect bio-planétaire qu'à l'aspect socio-humanitaire. Toutes les activités, y compris celles reliées au loisir, sont remises en perspective. Elles empruntent une nouvelle signification. Même le fait de vouloir se faire plaisir n'a plus le même sens. Selon leur témoignage, ils sont devenus davantage sensibilisés aux conséquences de chaque action posée, soit pour eux-mêmes (est-ce que cette activité va aider à développer mes compétences ou à entretenir un réseau de relations pouvant augmenter mes chances d'obtenir un emploi?), soit pour la société (est-ce que le fait d'aller manger au restaurant du coin va aider davantage la collectivité immédiate plutôt que de fréquenter un restaurant appartenant à une multi-nationale?). Et le choix des activités de loisir se fixera le plus souvent sur celles qui rallient le côté agréable avec l'aspect utilitaire, c'est-à-dire sur celles ayant des retombées possibles à la fois pour soi, autrui ou la collectivité. Ainsi les adultes en situation de discontinuité professionnelle semblent s'imposer une redéfinition de leurs activités ludiques qui dépasse l'obéissance aveugle à la société de consommation, ou à la post-modernité hypercapitaliste (expression de Rifkin, 2000). Mais surtout cette redéfinition semble placer le lien travail-loisir dans une perspective tout autre.

Des catégories à redessiner

Nous proposons ici une catégorisation tripartite. Le loisir récréatif insouciant correspond à la conception fonctionnaliste. Les deux autres, soit le loisir récréatif responsable et le loisir engagé, s'inscrivent dans la vision critique. Ces deux dernières catégories ont été largement inspirées par nos travaux menés auprès de 500 adultes en période de discontinuité professionnelle (Riverin, 2000; Riverin, 2001; Riverin et Simard, sous presse). Précisons toutefois que cette catégorisation n'identifie pas des activités, mais des visées. Il serait d'ailleurs très hasardeux de vouloir associer des activités avec telle ou telle catégorie. Comme on le sait, ce n'est pas la nature de l'activité qui distingue le loisir. Une personne peut aller à une fête pour s'amuser, ou encore, pour répondre à des exigences liées à un travail-emploi (journaliste, responsable de l'entretien ou de l'ordre des lieux).

Le loisir récréatif insouciant. Ce loisir récréatif vise notamment deux finalités. Nous empruntons la terminologie à Dumazedier (1982) pour les nommer. Il y a la relaxation: la personne s'adonne aux loisirs dans le but expresse de récupérer de la fatigue du temps contraint. Il y a aussi le divertissement ou l'intention de chasser l'ennui. Le loisir récréatif insouciant peut donc être tout d'abord relié à l'évasion. D'ailleurs cette fonction évasion est largement reconnue par le grand public. Par exemple, "le voyage et le tourisme, aux États-Unis, est devenu la troisième plus grande industrie (retail industry) dépassée seulement par la fabrication d'automobiles et de magasins d'alimentation" (Molitor, 2000, p.82). Le loisir récrétatif insouciant peut aussi être relié à l'aspect interpersonnel. "Le loisir relationnel est choisi pour le plaisir d'être en compagnie d'autrui. Ce loisir n'est pas fait parce que l'autre attend cela de toi. Ce loisir est pratiqué... pour le bonheur d'être en leur compagnie" (Russel, 1996, p.84).

En somme, les activités liées au loisir récréatif insouciant "visent à se procurer une expérience de plaisir. Elles sont des activités profondément enracinées dans le présent (ne se soucient pas de former, ni de préparer les individus pour l'avenir), sont spontanées (rien n'oblige à faire une activité ludique, ni à vivre une expérience esthétique)" (Olivier, 2000, p.31). Cependant, si le loisir récréatif insouciant se caractérise uniquement par la recherche du côté agréable de l'activité, ses retombées sur le développement personnel ou collectif ne sont pas impossibles. Mais notons ceci. Ces retombées sont exclusivement fortuites: même si elles sont généralement bien reçues, elles ne sont nullement recherchées comme telles.

Le loisir récréatif responsable. Dans cette catégorie, les activités sont sélectionnées pour leur côté agréable, tout comme c'est le cas pour le loisir récréatif insouciant. Cependant les modalités de réalisation de ces activités (et non l'activité elle-même, comme ce sera le cas pour le loisir engagé) peuvent varier dans le but de mieux harmoniser le côté agréable avec des buts de développement personnel ou d'évolution de la collectivité. Autrement dit, dans le loisir engagé (re: plus loin), la personne est prête à reconsidérer le type d'activité choisie. Dans le loisir récréatif responsable, la personne est disposée à questionner seulement les modalités de réalisation de l'activité choisie. Par exemple, la personne veut aller au cinéma. Lorsqu'elle se questionne, elle ne remet pas en cause sa décision d'aller au cinéma. Elle sera cependant attentive à la nature de la programmation pour elle et pour la société. Elle choisira peut-être un film à caractère historique pour l'augmentation de ses connaissances. Elle optera possiblement pour un cinéma qui refuse de présenter une programmation violente pour le mieux-être de la collectivité. Un autre exemple. La personne veut aller au restaurant. Ici non plus, elle ne change pas l'activité choisie. Cependant, elle opte pour le restaurant dont les propriétaires habitent le quartier plutôt que pour celui appartenant à une multinationale. Encore un autre exemple. La personne veut pratiquer tel sport. Elle se procure de l'équipement auprès de producteurs et de distributeurs qui n'exploitent pas leurs travailleurs.

Le loisir récréatif responsable vise, en un sens, à harmoniser le côté agréable avec les possibilités de développement personnel et de transformation de la collectivité. Si la personne choisit un film instructif à chaque fois qu'elle a le goût d'aller au cinéma, elle a des chances d'évoluer davantage. De même, si tous les gens agissent selon le même degré de sensibilisation sociale, les choses de la cité vont changer. C'est notamment en ce sens que cette catégorie de loisir s'inscrit dans la conception critique.

Le loisir récréatif responsable peut ainsi s'associer à la cohésion sociale. Par exemple, il y a de plus en plus de personnes sensibilisées au fait que le degré de participation à un réseau d'associations récréationnelles est un indice prévisionnel de prospérité économique. C'est d'ailleurs ce qui fait dire à Putnam (1996) que la richesse doit ainsi être comprise comme la conséquence, et non pas la cause d'un esprit civique. Ces personnes sensibilisées s'adonnent à ces réseaux d'associations ludiques, dans un but certes récréatif, mais en sachant pertinemment bien que cette énergie va aussi être utile à la cohésion de leur collectivité, de même qu'indirectement à l'amélioration de ses conditions socio-économiques. D'ailleurs, comme le signale Rifkin, "pour prospérer pleinement, l'économie doit pouvoir s'appuyer sur la force de liens sociaux et communautaires, seuls créateurs de confiance sociale" (2000, p.314).

Le loisir engagé. Dans le loisir engagé, les activités privilégiées sont celles qui visent à harmoniser à la fois le côté agréable et des visées en termes de développement personnel ou collectif. Reprenons le cas de la personne qui aime le cinéma. La personne inscrite dans le loisir engagé ne questionne pas son choix portant sur les modalités de concrétisation de cette activité (sélection entre divers films ou entre plusieurs endroits de diffusion), comme c'est le cas dans le loisir récréatif responsable. Dans le loisir engagé, la personne va jusqu'à reconsidérer le choix des activités elles-mêmes. Elle opte pour celles qui sont tout aussi agréables mais qui allient des visées de développement personnel ou d'aide à la collectivité. Peut-être optera-t-elle pour faire une activité physique qu'elle aime plutôt que d'aller au cinéma? Et si elle choisit son activité physique préférée (ex.: la marche), peut-être choisira-t-elle d'aller se promener dans une forêt où un organisme reconnu demande aux gens de rapporter toute enfreinte à la protection de la flore et de la faune? Ainsi, entre deux activités agréables, l'individu opte pour celle qui respecte cette harmonisation entre le côté plaisant et le développement de soi ou de la collectivité. Dans le loisir engagé, c'est donc à un choix entre diverses activités agréables auquel on porte attention, et non pas seulement à une sélection entre plusieurs modalités de concrétisation d'une même activité choisie, comme c'est le cas pour le loisir récréatif responsable.

Dans le volontariat, c'est autre chose. Il ne faut pas l'identifier à du loisir engagé. Dans le volontariat, les activités sont choisies prioritairement pour le côté humanitaire (aide à autrui, aide à la collectivité) et secondairement pour le développement personnel (répondre à ses intérêts propres). S'il faut participer d'urgence à une battue en forêt, ou organiser un réseau téléphonique pour retrouver un enfant perdu, il est évident que, si elle le peut, la personne va choisir la démarche de volontariat qui correspondra davantage à ses compétences et intérêts. Mais ce choix demeurera une option entre deux activités de volontariat. Et cette participation à la battue ou au réseau téléphonique s'appelle du volontariat, même si la personne le fait aussi pour sa propre réputation ou sa visibilité personnelle (Riverin et Simard, sous presse). Il n'est pas question ici de loisir engagé, car il n'y a pratiquement rien d'agréable dans cette activité. Mais prenons un exemple de volontariat plus difficile à trancher d'avec le loisir engagé. Une personne choisit de se porter volontaire pour inspecter une forêt. C'est là son but premier même si ce but peut secondairement se réaliser dans un contexte enchanteur. Dans le loisir engagé, la personne se rend dans la forêt à la fois pour faire une promenade agréable et en même temps apporter de l'information qui peut aider à conserver les lieux, ou en même temps en apprendre un peu plus sur les essences forestières. Ainsi dans le loisir engagé, les activités sont choisies à la fois pour leur côté agréable et développemental (personnel ou collectif). Dans le volontariat, ces deux objectifs agréable et développemental ne sont pas considérés sur un pied d'égalité, comme dans le loisir engagé. Les activités y sont choisies, d'abord et avant tout, par un souci humanitaire et ce, même si elles peuvent avoir secondairement des aspects intéressants pour soi.

Le loisir engagé correspond en partie au concept de loisir sérieux de Stebbins (1992; 2001) qui comprend les hobbies, l'amateurisme et le volontariat. Mais le loisir engagé se distingue nettement du loisir sérieux, en ce sens que, comme on vient de le voir, le loisir engagé n'inclut pas le volontariat. Cependant, tout comme le loisir sérieux, le loisir engagé exige parfois des connaissances particulières et des compétences spéciales. Il nécessite occasionnellement de la persévérance. Par exemple, malgré un souvenir heureux, on ne peut passer sous silence certains aspects pénibles: le froid (astronomie amateur), l'anxiété (vouloir réussir le projet planifié) la fatigue (diminution des heures de sommeil pour pouvoir s'y consacrer). Le loisir engagé peut parfois remplir le rôle d'une carrière professionnelle, c'est alors qu'on parle d'une carrière parallèle (a-vocation, expression de Stebbins, 1992, p.7, p.122).

Les personnes qui optent pour cette catégorie de loisir engagé saisissent l'importance de s'adonner à des activités agréables qui s'harmonisent avec des buts de développement personnel et d'utilité sociale. Ainsi le loisir engagé intègre de façon directe la vision critique post-moderne du loisir. Par exemple, selon Reid (1995), la notion de loisir du XXIe siècle doit mettre davantage l'accent sur les activités de développement personnel et d'expression de soi. De plus, selon Rojek, "il faut intégrer le loisir aux dilemnes économiques, moraux et politiques" (2001, p.123). De même, selon cet auteur, le loisir du XXIe siècle, doit être aussi engagé socialement, car "l'individu a des responsabilités envers la collectivité et ce, en tout temps" (2001, p.122).

Un rappel du lien traditionnel travail-loisir

Dans le but de mieux saisir comment cette catégorisation tripartite va contribuer à redéfinir le lien post-moderne travail-loisir, rappelons tout d'abord le lien traditionnel entre ces deux entités sociétales d'envergure.

Roberts (1999) trace un portrait global des conceptions du loisir explicitant les liens avec le travail. Elles se subdivisent en quatre: le recouvrement, où les intérêts liés au travail se retrouvent aussi dans le loisir (ex.: un agronome qui cultive son propre jardin expérimental); la compensation, où on cherche dans le loisir des expériences absentes du marché du travail; l'opposition, où on cherche à tracer une ligne très démarquée et étanche entre le loisir et le travail, dans le but notamment de se protéger des effets négatifs résultant d'expériences malheureuses de travail; l'extension, où le loisir devient la suite du travail (ex.: on va dîner avec les collègues; on parcourt des livres pour être plus performant au travail).

Ainsi au XXe siècle, la majorité des conceptions socio-économiques postulent, explicitement ou non, que le travail conditionne toutes les autres sphères de la société, y compris le loisir (Rifkin, 2000; Russel, 1996). Ce dernier a été défini presque exclusivement en rapport avec le travail. En effet, selon Rojek, "l'économie politique classique... présente le loisir comme une sphère de vie sanctionnée par l'institution dans laquelle les facultés et les énergies, qui sont épuisées par le processus du travail, peuvent être renouvelées à l'aide d'une variété de loisirs-récompenses volontairement choisis. Cette conception présuppose alors que le travail est l'intérêt central de la vie. Le loisir y trouve alors sa cause et en est dépendant" (2001, p.119).

Le lien post-moderne travail-loisir: la citoyenneté

Dans le contexte actuel, plusieurs penseurs critiquent cette définition du loisir par son lien traditionnel avec le travail. Tout d'abord, Roberts (1999) affirme que le loisir est tout simplement différent. Il n'est pas une compensation pour réparer la frustration vécue au travail. Il n'est pas non plus le bonheur de poursuivre une activité que l'on aime. D'autres auteurs proposent de parler d'un lien de neutralité. Un des courants de recherche en sociologie du loisir "s'appuie sur l'hypothèse de l'absence virtuelle de rapports entre le travail et le loisir: dans une telle perspective, il y a neutralité, compartimentalisation, séparation, segmentation de la sphère du loisir par rapport à celle du travail" (Pronovost, 1997, p.329).

Cette thèse récente d'un lien de neutralité ou d'autonomie du loisir par rapport au travail ne constitue pas, selon nous, une réponse satisfaisante à toutes ces critiques relatives à une vision du loisir trop fusionnée avec le travail. En tenant compte d'une conception holiste, il faut plutôt voir, en ces critiques, l'urgence d'une redéfinition d'un lien post-moderne qui irait dans un sens tout autre. Car ce sont deux phénomènes qui font partie intégrante d'une globalité qui les transcende, c'est-à-dire la citoyenneté. D'ailleurs, selon Reid, "il y a un urgent besoin de considérer le rapport travail-loisir dans une perspective macro, i.e. en envisageant davantage le tout qu'est la société, surtout si le temps hors travail joue un rôle important dans la prochaine étape du développement humain" (1995, p.85).

Pour redéfinir ce lien, rappelons tout d'abord les choix théoriques que nous avons faits. Parmi les conceptions post-modernes du loisir, nous privilégions le loisir critique (loisir récréatif responsable et loisir engagé) pour les raisons prémentionnées. De même, parmi les conceptions post-modernes du travail, nous croyons que c'est la vision holiste du multi-travail qui prévaudra. Compte tenu de ces positions théoriques, comment se redéfinit alors le lien travail-loisir? Ce lien post-moderne nous apparaît fort différent. Il se situe bien au-delà du rapport traditionnel où le loisir est uniquement conçu comme une entité périphérique au travail et où il se voit décerner des rôles d'extension, de compensation, de recouvrement ou d'opposition. La redéfinition du loisir doit désormais être conçue en regard du multi-travail et non plus en regard du travail-emploi. Le loisir devient alors, tout comme le travail-emploi, une partie prenante du multi-travail, du moins pour deux de ses catégories, le loisir récréatif responsable et le loisir engagé. En effet, le multi-travail inclut toutes formes d'activités susceptibles de développer la société, autrui et soi. Et à ce titre, autant le travail-emploi que le loisir critique correspondent à ce genre d'activités. Ainsi le travail-emploi, tout comme le loisir critique, doivent être pensés, comme des composantes de la réalité transcendante qu'est le multi-travail, dans une double perspective de développement vocationnel et de citoyenneté.

IMPLICATIONS PRATIQUES

Selon les conceptions post-modernes critiques, le temps libre doit être du temps libératoire, constructif et non pas un loisir enchaînant et aliénant. D'où l'importance de se doter d'un projet ludique harmonisant un double rôle: celui relié à la citoyenneté et au développement personnel; celui relié à la possibilité d'avoir des moments de distraction, de récréation, de détente et d'évasion.

La contribution des intervenants (conseillers d'orientation; formateurs d'adultes) dans l'aide à la définition du projet ludique se fera certes différemment selon leur conception de l'intervention auprès des adultes. Par exemple la notion du projet ludique, référant aux catégories du loisir récréatif responsable et du loisir engagé peut tout d'abord s'inspirer de la philosophie centrée sur la personne. Rappelons-le, cette philosophie postule globalement que "le rôle de l'intervenant est d'aider la personne à créer elle-même les valeurs qu'elle privilégie et à les définir de façon articulée" (Selman, Cooke, Selman et Dampier, 1997, p.345). À cet égard, l'intervenant peut aider la personne à définir un projet ludique qui lui soit significatif en tant qu'individu, c'est-à-dire en lien avec son développement personnel et vocationnel. Car il est généralement accepté que "les activités de loisir doivent s'ancrer dans la réalité des sujets" (Olivier, 2000, p.25). Cependant l'aide à la définition de ce projet devrait aussi se concevoir en s'inspirant des principes philosophiques de la théorie critique, principes qui s'associent étroitement avec les conceptions post-modernes critiques du loisir. Comme on le sait, cette philosophie vise notamment à faire prendre conscience que les finalités poursuivies par divers groupes sociaux, y compris le sous-groupe des gens qui sont au pouvoir, peuvent être conflictuels (Selman et al., 1997, p.344-5). Ici l'intervenant peut aider les personnes à se doter d'un projet de loisir, récréatif responsable ou engagé, qui puisse, d'une façon ou d'une autre, contribuer à pleinement jouer son rôle de citoyen. Rappelons-le, cette philosophie de l'intervention critique se rapproche notamment de l'éducation civique qui vise, entre autre, "l'approfondissement de l'identité de la personne, en y incluant une prise de conscience de leur rapport à la culture" (Rifkin, 2000, p.327).

Basés à la fois sur ces principes d'éducabilité relatifs à ces deux philosophies de l'intervention, nos travaux ont élaboré un programme d'aide à la définition de son projet ludique. Ce programme court est disponible gracieusement sur Internet: http://www.fse.ulaval.ca/danielle.riverin-simard Il s'intitule: Mon projet ludique: mes points d'interconnexion avec le monde du loisir. Car, "la redécouverte du loisir doit commencer en se demandant quelles sont nos priorités et arriver à découvrir ce que signifie pour nous le loisir" (Juniu, 2000, p.71). Et c'est précisément ce que propose notre programme. La définition du projet ludique peut arriver à cerner ce qui nous enrichit le plus sur le plan personnel et ce qui nous passionne le plus dans les problématiques sociales. Et un des postulats de notre programme veut que plus la personne a l'occasion de réfléchir de façon authentique à la définition de son projet, plus elle y greffera des objectifs de développement vocationnel et de citoyenneté, et plus, elle délaissera le loisir récréatif insouciant pour se diriger vers un loisir récréatif responsable ou engagé. Car elle se rendra alors compte qu'elle ne peut plus dorénavant être indifférent à l'évolution de son moi, ni à celle de sa collectivité. Par contre, si la personne est déjà inscrite dans ce genre de loisir critique, la définition de son projet ludique lui permettra d'intensifier les effets positifs de cette démarche.

CONCLUSION

Nous proposons une définition du lien travail-loisir bien différente du lien traditionnel établi. Pour ce, nous nous inspirons d'une certaine tendance actuelle basée sur les témoignages de 500 adultes en période de discontinuité professionnelle. Nous nous appuyons sur des choix théoriques particuliers, soit les conceptions post-modernes critiques (et non pas fonctionnalistes) du loisir, soit sur les visions post-modernes du travail correspondant à la vision du multi-travail, et non pas à celle de la centralité du travail-emploi. Puis nous réitérons notre refus de la thèse d'un lien de neutralité entre le travail et le loisir. Nous suggérons plutôt de redéfinir le lien post-moderne travail-loisir en inscrivant le loisir critique, soit le loisir récréatif responsable et le loisir engagé, au sein de la conception holiste du multi-travail et ce, au même titre que le travail-emploi. Et pour cause, ces deux catégories de loisir visent des objectifs de développement vocationnel et de citoyenneté. Cette redéfinition d'un lien post-moderne travail-loisir permet ainsi de porter un regard autre sur le débat lié à l'importance relative du travail ou du loisir dans l'apport socio-culturel et économico-politique, de même que dans l'impact sur la vie de l'individu. Car, avec cette proposition, le loisir critique post-moderne se situe bien au-delà du lien traditionnel travail-loisir. Il se définit au regard de toute activité humaine indispensable à l'évolution de la société et marquant l'histoire de l'humanité. En effet, le loisir critique post-moderne répond en tout point à la principale composante de la citoyenneté, à savoir : la participation (Graham, 1991). Et, selon cet auteur, l'expression même de la citoyenneté civique se définit surtout par une participation responsable d'abord envers son clan, ensuite envers son quartier ou patelin, sa municipalité, etc. Ainsi, selon nous, la pratique plus généralisée du loisir critique, incluant la définition personnalisée d'un projet ludique, aura des répercussions immédiates pour l'individu et la collectivité. De même permettra-t-elle, pour un historien, non encore né, de traiter de la post-modernité des débuts du XXIe siècle, comme ayant possiblement été caractérisée par un apport relativement égal de l'homoludens et de l'homofaber, mais avec cette particularité que les spécialistes et les praticiens d'alors auront, eux aussi, mis en relief ce double apport de l'homofaber et de l'homoludens et ce, tant au niveau de l'actualisation de soi qu'au regard de l'impact social de l'action individuelle de leur clientèle.


auteur


Danielle Riverin est professeur titulaire à l'Université Laval. De 1995 à 1998, elle a été membre du Conseil d'administration du Conseil de Recherches en sciences humaines du Canada, et de 1997 à 2000, membre de la Commission de la recherche de l'université Laval. Elle a signé plusieurs articles et ouvrages, dont "Transitions professionnelles: choix et stratégies" (1993; 2000), "Travail et personnalité" (1996; 1998). driverin@fse.ulaval.ca

Yanik Simard est doctorant à l'Université Laval. Il est dirigé par un comité franco-québecois. Sa thèse, dont le dépôt initial a été autorisé au trimestre d'automne 2002, porte sur l'expérience de l'être et la conscience de soi. Plusieurs autres articles sont en préparation, dont la naissance lavellienne du moi; la notion lavellienne du temps. yanik.simard.1@agora.ulaval.ca

 

adresse

Danielle Riverin
Université Laval, Québec, G1K 7P4

abstract

How can we define the work-leisure post-modern link? Based on a research conducted with 500 adults living precarious vocational life, and on conclusions of other relevant studies, this paper proposes an integrative leisure conception which introduces this social reality into the double perspective of the vocational development and the citizenship. This conception borrows mainly from a critical perspective than a functionalist one. By distinguishing the multi-activity from work-job (the latter being an element of the former) this paper conceives the leisure beyond the leisure / work-job traditional link. It redefines leisure rather as a part of multi-activity, at least for two of its three categories ("recreative responsable leisure"; "committed leisure"); the "carefree leisure" does not belong to the multi-activity. This vision suggests some practical implications adressed to vocational counselors and adult educators.

références

BECK, U. (2000). The brave new world of work. Cambridge, U.K.: Polity.

CORDELL, H. K., GREEN, G.T. et BETZ, C.J. (2002). Recreation and the environment as cultural dimensions in contemporary american society, Leisure Sciences, 24 (1), 13-43.

DEVRET, C. (1989). Travail, dans A. Jacob (Ed.), Encyclopédie philosophique universelle (pp.2648-2650). Paris: PUF.

DUMAZEDIER, J. (1982). Temps sociaux, temps libre, Society and Leisure, 5 (2), 339-361.

FOX, K.M. (2000). Echoes of leisure. Journal of Leisure Research, 32 (1), 32-36.

GRAHAM, J. W. (1991). An essay on organizational citizenship behavior. Employee Responsabilities and Rights Journal, 4, 249-270.

GRUBE, J. A. et PILIAVIN, J.A. (2000). Role identity, organizational experiences, and volunteer performance. Personality and Social Psychology Bulletin, 26 (9), 1108-1119.

HEMINGWAY, J.L. et PARR, M.G.W. (2000). Leisure research and leisure practice, Leisure Sciences, 22, 139-162.

HENDERSON, K.A. (2000). False dichotomies, intellectual diversity. Journal of Leisure Research, 32 (1), 49-53.

IWASAKI, Y. et MANNELL, R.C. (2000). Hierarchical dimensions of leisure stress coping. Leisure Sciences, 22, 163-181.

JUNIU, S. (2000). Downshifting: regaining the essence of leisure. Journal of Leisure Research, 32 (1), 69-73.

LÉTOURNEAU, J. (1997). L'emploi en contexte d'économie migrante, In G. Laflamme (Ed.), La crise de l'emploi (pp.173-209). Québec: PUL.

MEDA, D. et SCHOR, J. (1997). Travail: une révolution à venir. Turin, Italie: ARTE Éditions.

MOLITOR, G.T.T. (2000). The leisure era. Association Management, february, 77-83.

OLIVIER, G.G. (2000). Le ludique dans la formation sociale de l'homme. Loisir et société, 23 (1), 21-39.

PINEAU, G. (2000). Temporalités en formation. Paris: Anthropos.

PRONOVOST, G. (1997). Loisir et société. Québec: PUQ.

PUTNAM, R.D. (1996). The strange disappearance of civic america, American Prospect, 24, 34-48.

REID, D.G. (1995). Work and leisure in the 21st century. Toronto, Ontario: Wall & Emerson.

RIFKIN, J. (2000). L'âge de l'accès. Montréal: Boréal.

RIVERIN, D. (2000). Career development in a changing context of the second part of working life, In A. Collin et R. Young (Eds.), The future of the career (pp.115-129). London: Cambridge University Press.

RIVERIN, D. (2001). Les âges et la révolution du travail. Revue Francophone Internationale de Carriérologie, 8 (1-2), 79-90.

RIVERIN, D. et SIMARD, Y. (sous presse). L'autre projet professionnel: le volontariat. Revue canadienne pour l'étude de l'éducation des adultes / Canadian Journal for the Study of Adult Education.

ROBERTS, K. (1999). Leisure in contemporary society. London: CABI.

ROJEK, C. (2001). Leisure and life politics. Leisure Studies, 23, 115-125.

ROSANVALLON, P. (1995). La nouvelle question sociale. Paris: Seuil.

RUSSEL, R.V. (1996). Pastimes. Toronto: Brown & Benchmark.

SELMAN, G., COOKE, M., SELMAN, M. et DAMPIER, P. (1997). The foundations of adult education in Canada. Toronto: Thompson

SHAW, S.M. (2001). Conceptualizing resistance. Journal of Leisure Research, 33 (2), 186-201.

SHIVERS, J.S. et DELISLE, L.J. (1997). The story of leisure. Auckland, New Zealand: Human Kinetics.

STEBBINS, R.A. (2001). Obligation as an aspect of leisure experience. Journal of Leisure Research, 32 (1), 152-155.

STEBBINS, R. A. (1992). Amateurs, professionals and serious leisure. Montreal: McGill-Queen's University Press.

THUROW, L. (2000). La pyramide de la prospérité. Paris: Village Mondial.

YONNET, P. (1999). Travail, loisir : temps libre et lien social. Paris: Gallimard.

 

Volumes et numéros | Engin de recherche | Utilisateurs | Qui sommes-nous? | Abonnement

 

 

© Seules sont autorisées les utilisations à des fins de consultation, de recherche et de critique. Seules des reproductions d’extraits sont autorisées pour publication. Ces reproductions doivent comporter les références bibliographiques usuelles.