carrierologie revue carriere
SOMMAIRE
RECOMMANDATION
PDF
 

 

RELATIONS ENTRE BESOINS,
VALEURS ET INTÉRÊTS

 

Bernard TÉTREAU, Éd. D., Michel TRAHAN, Ph.D.
Université de Montréal

et Martine HÉBERT, Ph.D.
Université Laval


résumé/abstract

Bien que les concepts de besoins, de valeurs et d'intérêts aient fait l'objet de plusieurs études empiriques, aucune étude impliquant des prises simultanées de ces trois variables au moyen d'instruments bien identifiés et distincts n'a été effectuée. Au plan théorique, Super a proposé un modèle hiérarchique selon lequel les besoins seraient à l'origine des valeurs et des intérêts. De son côté, en décrivant les types RIASEC, Holland y réfère comme à des constellations de traits pouvant inclure les besoins, les valeurs et les intérêts.

contenu

Méthodologie
Sujets
Instruments

Résultats

Analyses factorielles

Corrélations entre scores factoriels

Discussion


Les recherches rapportées ici visaient à contribuer à la clarification des interrelations entre ces trois domaines de la personnalité. À cette fin, on a administré à quelque 240 étudiantes de baccalauréat en psychologie le Questionnaire de recherche sur la personnalité de Jackson (pour les besoins), l’Échelle de valeurs de l'inventaire des rôles de la vie et le Test visuel d'intérêts de Tétreau et Trahan; l'Inventaire d'intérêts de Strong fut aussi administré à la moitié des sujets.

Les résultats des analyses factorielles et de corrélations amènent à conclure que les trois domaines de personnalité étudiés peuvent être clairement différenciés au moyen des instruments utilisés. Cependant, plusieurs corrélations entre les instruments sont consistantes avec les prévisions théoriques et mettent en relief l'interdépendance des besoins, des valeurs et des intérêts.

L'objectif de cette étude était de contribuer à la clarification conceptuelle et empirique des relations entre les besoins, les valeurs et les intérêts (Super, 1987, Tétreau, Perron, Trahan et Marocco, 1987). Les données étudiées sont les résultats de tests de 240 étudiantes francophones de premier cycle universitaire en psychologie.

En plus du Test de préférences professionnelles Strong (version française du SCII de Chevrier, 1985) et de la Formule E du Questionnaire de recherche sur la personnalité (PRF) de Jackson (1984), les étudiantes furent soumises à la version française de la Work Importance Study Value Scales (VS) – une échelle de valeurs de travail standardisée au Canada auprès d'échantillons anglophones et francophones (Fitzsimmons, Macnab, et Casserly, 1985) - et au Test visuel d'intérêts (TVI), un inventaire initialement élaboré au Québec et au Nouveau-Brunswick auprès d'une population d'étudiants et d'étudiantes francophones et anglophones (Corbeil, 1983; Desruisseaux, Tétreau et Trahan, 1985, 1989; Tétreau et Trahan 1979, 1986), puis par la suite testé et standardisé à divers degrés dans quelques pays (Marocco, Tétreau et Trahan, 1984,1985; Sandoval, Tétreau et Trahan, 1987, Tadé, 1984; Tétreau et Trahan, 1986,1988; Canete et Varezini, 1986).

Dans une étude antérieure auprès de 685 étudiants brésiliens de niveau secondaire et collégial (Tétreau et coll., 1987), nous avions obtenu, dans l'ensemble, de faibles corrélations entre les échelles de TVI et le Questionnaire de valeurs de travail (Perron, 1986), un inventaire couvrant des dimensions dont les appellations ressemblent à celles utilisées pour nommer les principales composantes du VS (Fitzsimmons et coll., 1985). De même, on avait constaté de faibles corrélations entre des échelles de valeurs et des inventaires d'intérêts dans des recherches antérieures (voir Dupont, Gendre, Berthoud et Descombes, 1979, Tétreau et coll., 1987), tout comme dans d'autres études en Australie (Pryor, 1981; Pryor et Taylor, 1986; Taylor et Pryor, 1986). De tels résultats avaient amené Dupont et ses collaborateurs, à Lausanne, à souligner que les corrélations plus fortes semblaient apparaître « [...] quand les valeurs et les intérêts sont énoncés en des termes similaires: v.g. altruisme - service social, esthétisme – artistique » (Dupont et coll., 1979, p. 167). Par ailleurs, l'équipe de Lausanne avait observé des corrélations plutôt faibles, rarement au-dessus de 0,40, entre les indicateurs d'intérêts et de personnalité tels que mesurés par le 16 PF et le ACL (Adjective Checklist de Gough).

Méthodologie

Sujets

L'échantillon était composé de 240 étudiantes canadiennes francophones âgées de 18 à 54 ans (M = 24,29, E.T. = 9,40), inscrites à temps plein au baccalauréat en psychologie d'une grande université de la ville de Montréal à la fin janvier des années 1988 et 1989.

Instruments


Le Strong, le VS et le PRF étant des inventaires bien connus, nous ne les décrirons pas davantage ici. Il importe cependant de signaler qu'à part le TVI, seul le VS a été standardisé auprès d'une population canadienne francophone. Les versions françaises du Strong et du PRF utilisées dans cette recherche, quoique correctes dans l'ensemble, sont strictement des traductions non standardisées qui ne fournissent probablement pas toujours une indication adéquate des intérêts et du profil de personnalité des sujets censés être mesurés par ces instruments. Les indices de fidélité relativement bas du PRF - variant entre 0,50 et 0,91, avec une r médiane de 0,70 pour un groupe de 80 collégiens (Jackson, 1984) - incitent également à la prudence.

Voici une brève description du TVI.1 Élaboré avec l'intention de minimiser l'influence des facteurs verbaux et cognitifs dans l'évaluation des intérêts, il consiste en une série de 102 photos couleur représentant un nombre égal de travailleurs masculins et féminins en train d'exécuter des tâches professionnelles dans un contexte naturel. Les 102 photos, présentées sous forme de diapositives dont la projection dure habituellement 8 secondes, sont soumises au sujet dans la séquence qui suit: 6 exemples, 90 stimuli (15 pour chacune des 6 échelles RIASEC) et, pour terminer, 6 stimuli devant vérifier la constance des réponses du sujet (échelle de vérification). Pour chaque item, les sujets doivent choisir une réponse parmi cinq possibilités sur une échelle bipolaire allant de «n'aime pas du tout» à «aime beaucoup ». On a observé que les coefficients alpha des protocoles d'étudiants de divers pays (ex.: Canada, n=1 687; Brésil, n=6229; France, n=546; Paraguay, n=684) variaient de 0,74 à 0,91 selon les échelles et les pays. (Les coefficients obtenus par les étudiantes de cette recherche varient entre 0,74 et 0,86.) L'analyse factorielle des mêmes échantillons dans ces pays ont confirmé que le TVI mesure des caractéristiques assez similaires aux intérêts et types de personnalité RIASEC de Holland (Holland, 1985). Le degré de fiabilité au retest, après un intervalle de trois semaines, pour 323 étudiants de niveau secondaire variait de 0,79 à 0,94 selon les échelles et le niveau scolaire.

On a d'abord calculé les coefficients de corrélations simples pour les réponses des sujets aux divers instruments. Les matrices de corrélations ont ensuite été soumises à une analyse factorielle confirmatoire à six facteurs, ainsi que le suggéraient les formulations théoriques de Super (1987) et de Holland (1985). De plus, afin de vérifier la présence d'une séquence hiérarchique dans les scores des sujets dans la ligne du modèle de «l'oignon» de Super (1973), on a aussi calculé les coefficients des corrélations entre les scores factoriels dérivés des regroupements d'échelles apparaissant au tableau 1.

Le tableau 1 - qui représente une adaptation du modèle de Super concernant les relations entre les besoins, les valeurs et les intérêts - indique les correspondances théoriques prévues entre les échelles du PRF, du VS, du TVI et du Strong qui font l'objet de notre étude.

Résultats


Les tableaux 2 à 4 présentent les matrices des corrélations simples entre les diverses échelles des instruments.

Bien que plusieurs des coefficients apparaissant dans les tableaux 2 à 4 soient significatifs au seuil minimal de 0,05, très peu sont supérieurs à 0,25. Néanmoins, on ne peut manquer de noter que plusieurs de ces coefficients sont conformes aux attentes théoriques - v.g., VS Prestige et PRF Reconnaissance sociale (0,41), PRF Sensibilité et TVI Artistique (0,36).

Tableau 1
Correspondances théoriques prévues entre les échelles de quatre instruments :
TVI, Strong, PRF et VS

 

INTÉRÊT(TVI) – (Strong)

VALEURS(VS)

BESOINS(PRF)

R

Agriculture
Nature
Aventure
Vie militaire
Mécanique

Activité physique
Performance physique
Risque

Agression
Soumission
Défensivité
Fuite douleur (-)
Succorance (-)

I

Sciences
Mathématiques
Sciences de la santé
Médical

Autorité
Autonomie
Style de vie

Ordre
Structure cognitive
Compréhension

A

Musique
Arts
Lettres

Utilisation d’habiletés
Esthétique
Altruisme
Créativité
Développement personnel

Changement
Impulsivité
Jeu
Sensibilité

S

Enseignement
Service social
Sports
Arts ménagers
Vie religieuse

Identité culturelle
Interaction sociale
Relations sociales
Variété

Nurturance
Affiliation

E - C

Art oratoire
Loi
Mise en marché
Vente
Affaires
Bureautique

Accomplissement
Avancement
Économie
Prestige
Conditions de travail

Accomplissement
Domination
Exhibition
Autonomie
Endurance
Reconnaissance sociale

 

Tableau 2
Corrélations entre les échelles du PRF et du VS (N=240)

Note : les décimales sont omises afin d’alléger la lecture du tableau

 

Tableau 3
Corrélations entre les échelles du TVI et celles du PRF (N=240)

 
TVI
PRF  

R

 

I

 

A

 

S

 

E

 

C

 

Soumission
0,18**
0,03
0,04
0,05
0,02
0,07
Accomplissement
0,02
0,24**
-0,09**
-0,08
0,03
-0,13*
Affiliation
0,01
-0,02
0,07
0,20**
0,22**
0,13*
Agression
-0,04
-0,02
-0,01
-0,02
0,05
-0,02
Autonomie
0,14*
0,08
0,04
-0,15*
-0,06
-0,16**
Changement
0,07
0,10
0,17**
0,08
0,10
-0,26**
Structure cognitive
-0,04
0,07
-0,03
0,02
0,01
0,02
Défensivité
-0,13*
-0,06
-0,01
0,11
0,11
0,06
Domination
0,01
0,12*
-0,09
0,06
0,23**
0,05
Endurance
0,02
0,20**
-0,02
-0,02
-0,03
-0,05
Exhibition
-0,07
-0,01
0,14*
0,14*
0,30**
-0,03
Fuite douleur
-0,29**
-0,27**
-0,11*
-0,15*
-0,08
0,06
Impulsivité
0,06
-0,06
0,09
0,10
0,15*
0,10
Nurturance
0,11
0,14*
0,16**
0,37**
0,20**
0,11*
Ordre
-0,04
0,11*
-0,10
0,01
0,01
0,12*
Jeu
0,08
-0,07
-0,23**
0,22**
0,22**
0,13*
Sensibilité
0,10
0,05
0,36**
0,13*
0,08
-0,05
Reconnaissance sociale
-0,16**
0,01
-0,03
0,20**
0,05
0,11*
Succorance
-0,17**
-0,16**
0,00
0,10
-0,07
0,14
Compréhension
0,12*
0,30**
0,16**
0,04
0,06
-0,08

** p < 0,01
* p < 0,05

Tableau 4
Corrélations entre les échelles du TVI et celles du VS (N=240)

 
TVI
VS  

R

I

A

S

E

C

Autonomie
-0,04
0,12*
0,03
-0,04
0,00
-0,08
Créativité
-0,02
0,12*
-0,09
-0,00
0,02
-0,18
Style de vie
0,02
0,11
0,06
0,00
0,07
0,04
Variété
0,08
0,02
0,28
0,07
0,03
-0,14
Utilisation habiletés
-0,01
0,10
0,10
0,19**
0,20
-0,02
Accomplissement
0,03
0,23**
0,02
0,09
0,07
-0,01
Avancement
-0,03
0,04
-0,16**
0,07
0,11
0,13*
Autorité
-0,04*
0,02
-0,08
-0,02
0,16**
-0,06
Prestige
-0,19**
-0,04
-0,07
0,04
0,09
0,00
Développement personnel
0,06
0,11*
-0,20**
-0,01
-0,04
-0,15*
Économie
-0,08
-0,02
0,05
0,04
0,04
-0,03
Conditions de travail
0,05
-0,01
0,08
-0,15*
-0,02
-0,06
Identité culturelle
-0,08
-0,05
0,01
0,09
0,04
0,05
Altruisme
0,17**
0,26**
0,20**
0,14*
0,04
-0,01
Esthétique
0,08
0,03
0,26**
0,25**
0,15*
0,02
Interactions sociales
-0,09
-0,18**
0,17**
0,19**
0,10
0,05
Relations sociales
0,02
0,12*
0,30**
0,20**
0,09
-0,04
Activité physique
-0,09
0,02
0,21**
0,18**
0,04
-0,07
Performance physique
-0,02
-0,14*
0,05
-0,02
0,00
-0,07
Risque
0,13
0,12*
0,15*
0,01
0,04
-0,01
** p < 0,01
* p < 0,05

Analyses factorielles

Les résultats de ces analyses apparaissent au tableau 5. On aura tôt fait de constater que les échelles d’un même instrument ont tendance à se regrouper sur un même facteur. Par ailleurs, ainsi que l’indique la matrice des corrélations entre les 6 facteurs extraits (r médiane de 0,07), aucun de ces facteurs ne saurait être considéré comme étant plus important que les autres ; de sorte qu’on ne saurait davantage parler d’un facteur de premier ordre vs des facteurs de second ordre.

Tableau 5
Analyse factorielle — PA2 avec rotations oblimines —
des échelles du VS (6 variables), du PRF (20 variables) et du TVI (6 variables)
(N=115 étudiantes en psychologie)

 

 

Facteur 1

Facteur 2

Facteur 3

Facteur 4

Facteur 5

Facteur 6

V - Performance physique
0,71
-0,53
V - Économie
0,69
V - Interaction sociale
0,65
-0,30
0,31
V - Identité culturelle
0,62
V - Autorité
0,62
V - Variété
0,58
V - Autonomie
0,55
0,31
V - Style de vie
0,55
V - Créativité
0,54
V - Activité physique
0,54
V - Avancement
0,50
V - Prestige
0,47
0,36
V - Conditions de travail
0,38
0,36
V - Esthétique
0,36
0,35
0,30
V - Altruisme
0,82
V - Accomplissement
0,73
0,36
V - Développement personnel
0,65
V - Relations sociales
0,64
V - Risque
0,61
V - Utilisation habiletés
0,35
P - Accomplissement
0,61
P - Endurance
0,53
P - Impulsivité
-0,51
-0,32
0,34
P - Structure cognitive
0,49
0,44
P - Jeu
-0,42
0,33
P - Ordre
0,42
0,32
I - TVI - Investigateur
0,40
0,32
P - Autonomie
-0,66
-0,38
P - Succorance
-0,35
0,53
P - Reconnaissance sociale
0,49
0,31
P - Changement  
 
 
-0,48
 
 
P - Fuite douleur  
 
 
0,45
 
 
P - Compréhension  
 
0,33
-0,36
 
 
P - Sensibilité  
 
 
-0,30
 
 
I - TVI - Social  
 
 
 
0,64
 
P - Nurturance  
 
 
 
0,59
 
I - TVI – Esprit entreprise  
 
 
 
0,53
 
P - Affiliation  
 
 
 
0,51
 
I - TVI - Conventionnel  
 
 
 
0,39
 
I - TVI - Artistique  
 
 
 
0,37
 
I - TVI - Réaliste - con.  
 
 
 
0,33
 
P - Domination  
 
 
 
 
0,66
P - Agression  
 
 
 
 
0,60
P - Exhibition  
 
 
 
 
0,48
P - Defensivité  
 
 
 
 
0,44
P - Soumission  
 
 
 
 
-0,34

Seulement les saturations > 0,30 apparaissent.

Corrélations entre scores factoriels

Le tableau 6 montre les résultats pour les corrélations entre les scores factoriels dérivés des diverses échelles regroupées selon leur correspondance théorique. On pourra constater que les coefficients sont généralement bas et varient selon les domaines particuliers que représentent les scores factoriels. Le principe hiérarchique que suggère le modèle de « l’oignon » ne reçoit qu’un appui mitigé ; en effet, seulement certaines des corrélations entre les diverses échelles sont ordonnées selon les attentes théoriques voulant que les coefficients soient plus élevés entre les échelles de besoins et de valeurs qu’entre les échelles de besoins et celles d’intérêts.

Tableau 6
C
orrélations entre les scores factoriels dérivés du modèle théorique (N=115)

   

Besoins
(PRF)

Valeurs
(VS)

Intérêts
(Strong)

Réaliste(concret)
Besoins
Valeurs
Intérêts
 
0,16*
-0,16
0,25**
Investigateur(recherche)
Besoins
Valeurs
Intérêts
 
0,03
0,24**
0,18*
Artistique
Besoins
Valeurs
Intérêts
 
0,10
0,45**
0,07
Social
Besoins
Valeurs
Intérêts
 
0,46**
0,38**
0,41**
Esprit entreprise
Besoins
Valeurs
Intérêts
 
0,41**
0,17*
0,26**

** p < 0,01
* p < 0,05

Discussion

Une étude de ce genre ne peut pas permettre de formuler des conclusions définitives. Toutefois, les résultats obtenus ne sont pas dépourvus de sens et permettent de suggérer quelques hypothèses.

Ainsi, en ce qui a trait à la question de la comparaison empirique concernant les mesures des besoins, des valeurs et des intérêts, les corrélations généralement élevées (0,49 à 0,79) recueillies dans cette recherche entre les échelles du TVI et les échelles thématiques du Strong confirment les résultats (0,59 à 0,75) de nos études précédentes avec des sujets de cinquième secondaire (Tétreau et Trahan, 1986). Tous ces résultats nous incitent à penser que ces échelles évaluent dans une large mesure les mêmes dimensions.

D'un autre côté, le niveau généralement faible des corrélations entre les mesures d'intérêts et les échelles de valeurs (VS) et de personnalité (PRF) est très semblable à celui observé dans les études recensées (Dupont et coll., 1979; Jackson, 1984; Pryor, 1981; Pryor et Taylor, 1986; Tétreau et coll., 1987), et notamment plus récemment dans l'étude de Botteman (1993) qui trouve également des corrélations plutôt faibles entre l'ACL et son Relevé d'intérêts professionnels: ce qui suggère fortement que les instruments ne sont pas interchangeables.

En ce qui a trait au problème de la confusion théorique, ces résultats ont aussi leur pertinence, compte tenu des limites de notre échantillon. Encore ici, le niveau généralement bas des corrélations entre les échelles des divers instruments semblerait indiquer une différenciation fondamentale entre ces trois domaines de personnalité que sont les besoins, les valeurs et les intérêts; les résultats des analyses factorielles vont aussi dans ce même sens.

Par ailleurs, lorsqu'on considère les données pour les échelles de ces trois domaines qui - selon les attentes théoriques dérivées des modèles de Super et de Holland (tableau 1) - devraient être reliées entre elles, on peut observer que dans plusieurs cas ces attentes sont confirmées; dans cette même mesure, on pourrait dire que le modèle de « l'oignon » est confirmé. Cependant, en ce qui concerne l'hypothèse du principe d'une hiérarchie entre les besoins, les valeurs et les intérêts, les données de cette recherche ne permettent pas de la confirmer de façon non équivoque. Il n’est d’ailleurs pas impossible que la vérification de l’existence d’un tel principe déborde le cadre de l’analyse psychométrique.

notes

Nous sommes reconnaissants à madame Louise Bouchard, de l'Université de Sherbrooke, pour sa contribution à la production de diapositives utilisées dans des études préliminaires.

abstract

While many empirical studies have been done on the concepts of needs, values and interests, there has never been a study assessing these three variables at once using well-identified, specific tools. Super has proposed a theoretical hierarchical model according to which needs are at the origin of values and interests. However, when he describes RIASEC types, Holland refers to traits as if they were constellations and included needs, values and interests.

références

BOTTEMAN, A (1993). La notion d'intérêt. Élaboration d'un inventaire professionnel pour de jeunes adultes sans qualification. Thèse inédite de doctorat, Université de Bordeaux II.

CANETE, R. et VARESINI, M.I. (1986). Test non verbal por la medida de los interes profesionales y vocacionales TVITT Tétreau-Trahan. Mémoire inédit de maîtrise, Universidad Nacional de Asuncion, Paraguay.

CHEVRIER, J.-M. (1985). Test de préférences professionnelles Strong. Montréal: Institut de Recherches Psychologiques.

CORBEIL, H. (1983). Comparaison d'élèves francophones et anglophones de niveau secondaire au Test visuel d'intérêts Tétreau-Trahan. Mémoire inédit de maîtrise, Université de Montréal, Canada.

DESRUISSEAUX, J.C., TÉTREAU, B. et TRAHAN, M. (1985). A Comparison of French and English speaking preadolescents' responses to the TI-VIT. Rapport présenté au 20e congrès de la Société interaméricaine de psychologie, Caracas, Venezuela.

DESRUISSEAUX, J.C., TÉTREAU, B. et TRAHAN, M. (1989). Incidence du contexte culturel sur les intérêts d'étudiants francophones québécois et acadiens. Canadian Journal of Counselling, 23,228-235.

DUPONT, J.B., GENDRE, F., BERTHOUD, S. et DESCOMBES,J.P. (1979). La Psychologie des intérêts. Paris: Presses universitaires de France.

FITZSIMMONS, F.W., MACNAB, D. et CASSERLY, C. (1985). Technical manual for the Life Roles Inventory Values Scale and the Salience Inventory. Edmonton, Alberta, Canada: PsiCan.

HOLLAND, J.L. (1985). Making vocational choices (2nd ed.). Englewood Cliffs, New Jersey: Prentice Hall.

JACKSON, D. N. (1984). Personality Research Form Manual. London, Ontario, Canada: Research Psychologist Press.

MAROCCO, A., TÉTREAU, B. et TRAHAN, M. (1984). La validez del TVITT para estudiantes Sur-Brasilenos. Estudos Leopoldenses, 20, 5-22.

MAROCCO, A., TÉTREAU, B. et TRAHAN, M. (1985). Los interes profesionales de preadolescentes brasilenos. Rapport présenté au 20e congrès de la Société interaméricaine de psychologie. Caracas, Venezuela.

PERRON, J. (1986). Questionnaire de valeurs de travail. Manuel technique. Université de Montréal.

PRYOR, R.G.L. (1981). Interests and values as preferences. A validation of the Work Aspect Preference scale. Australian Psychologist, 16, 258-272.

PRYOR, R.G.L., et TAYLOR, N.B. (1986). On combining scores from interest and value measures for counseling. Vocational Guidance Quarterly, 34, 178-187.

SANDOVAL, A.L., TÉTREAU, B. et TRAHAN, M. (1987). Validacion de un instrumento visual para la medida de los interes profesionales: Test visual de intereses Tétreau-Trahan. Rapport présenté au 21e congrès de la Société interaméricaine de psychologie. La Havane, Cuba.

SUPER, D.E. (1973). The Work Values Inventory. ln D.G. Zytowski (ed.), Contemporary approaches to interest measurement (189-205). Minneapolis: University of Minnesota Press.

SUPER, D.E. (1987). Needs, values, interests, traits, and attitudes: Constructs and measures needing clarification. Rapport présenté à la réunion annuelle de l'American Psychological Association, New York, N.Y., U.S.A.

TADÉ, R. (1984). Étude transculturelle du Test visuel d’intérêts Tétreau-Trahan en milieu ivoirien et québécois. Mémoire inédit de maîtrise, Université de Montréal, Canada.

TAYLOR, N.B. et PRYOR, R.G.L. (1986). The conceptualisation and measurement of vocational and work aspect preferences. British Journal of Guidance and Counselling, 14, 66-67.

TÉTREAU, B. et TRAHAN, M. (1979). Vers une méthodologie de la mesure des traits psychologiques basée sur des stimuli non verbaux. L'orientation professionnelle, 15, 21 -29.

TÉTREAU, B. et TRAHAN, M. (1986). Test visuel d'intérêts Tétreau-Trahan. Manuel d'usage, 2e édition. Montréal: Secorep.

TÉTREAU, B. et TRAHAN, M. (1988). La mesure des intérêts professionnels au moyen de stimuli photographiques, le TVI. Applied Psychology: An International Review, 37, 51-63.

TÉTREAU, B., PERRON, J., TRAHAN, M. et MAROCCO, A. (1987). Indépendance et interdépendance des intérêts professionnels et des valeurs de travail. L'orientation scolaire et professionnelle, 16, 179-192.

 

Volumes et numéros | Engin de recherche | Utilisateurs | Qui sommes-nous? | Abonnement

 

 

© Seules sont autorisées les utilisations à des fins de consultation, de recherche et de critique. Seules des reproductions d’extraits sont autorisées pour publication. Ces reproductions doivent comporter les références bibliographiques usuelles.